| Page précédente | . . . . | Retour Accueil | . . . . | Page suivante |

Les hypothèses basées sur Polybe

Nous avons aujourd'hui la quasi-certitude qu'Hannibal est remonté jusqu'à la confluence du Rhône et de l'Isère. C'est à partir de cet endroit que la suite de son parcours devient plus confuse, notamment à cause de l'interprétation du texte de Tite-Live. Certains historiens sont convaincus qu'il a rejoint les Alpes plus au sud, soit en remontant la vallée de la Drôme, la vallée de l'Aigue ou même la vallée de l'Ouvèze. Ces trois hypothèses qualifiées de Méridionales résistent difficilement à une critique un peu poussée. Leur plus grand point faible est de remettre en cause la position de l'Isle clairement établie dans le Bas-Dauphiné.

Les hypothèses crédibles qui restent en concurrence sont donc celles qui vont amener Hannibal à traverser le vaste territoire des Allobroges pour rejoindre l'Italie. Nous allons dans les chapitres suivants étudier chaque hypothèse en référence au texte de Polybe afin de leur accorder plus ou moins de crédibilité. Plus tard nous les étudierons à nouveau sous l'éclairage du texte de Tite-Live.

Après l'entrée de l'armée punique dans le pays des Allobroges, Polybe ne nous donne presque plus d'indications géographiques pour décrire la route à l'approche des Alpes. Nous verrons plus loin que les apports de Tite-Live en complément du texte de Polybe sont suffisamment précis pour nous mettre sur la bonne voie.

Polybe va toutefois nous donner deux indices extrêmement importants qui vont nous permettre de faire le tri entre les hypothèses les plus probables et les moins probables. Voici la description du trajet telle qu'il nous la donne : "Hannibal, ayant marché pendant dix jours le long de la rivière, et ayant parcouru une distance de huit cents stades, attaqua la montée d'un massif dont l'autre versant regarde l'Italie ". Il ne précise pas le nom de la rivière mais indique seulement "Potamos" qui signifie fleuve ou rivière. Par contr,e les deux indices qu'il faut retenir sont d'abord la distance pour parvenir au pied de cette montée : 140 km, et ensuite l'ascension caractéristique d'un massif montagneux dont selon Polybe, l'autre versant regarde l'Italie, en d'autres termes, ce qui signifie clairement qu'une fois la montée entamée, la caravane punique restera constamment en altitude et la descente dans une plaine ne sera que la descente finale dans une plaine italienne.

Par exemple avec cette description, la traversée du Vercors par la montée des gorges de la Bourne selon l'hypothèse de J.F. Lazenby ne peut pas être retenue puisqu'elle fait redescendre obligatoirement Hannibal dans la plaine de l'Isère avant d'escalader d'autres massifs.

Il faut donc trouver un endroit où la route d'Hannibal quitte le fond de la vallée suivie jusqu'alors pour aborder une montée significative située sur un de ses versants. Il nous donne une autre indication précieuse la distance de 800 stades depuis Valence jusqu'au pied de cette côte. Polybe donne les distances en multiples de 100 stades, ce qui correspond approximativement à une journée de marche et traduite en kilomètres donne 17,75 km. Rappelons que la valeur la plus fiable d'un stade grec a été déterminée à 177,50 m par Dorpfeld et non à 185 m comme l'avaenit proposé Deluc et Larauza. Il en découle que la distance que doit effectuer Hannibal depuis l'Isle pour arriver au pied de la "montée", n'est pas de 150 km comme la plupart des commentateurs l'on cru, mais de 142 km. Etant donné que Polybe utilise toujours l'arrondi à 100 stades, les distances qu'il donne subissent une marge d'erreur de 18 km (100 stades) en plus ou en moins. Il convient donc de ne pas donner une distance fixe, mais une fourchette entre 133 et 151 km. L'endroit où l'itinéraire d'Hannibal quitte la plaine pour aborder la montée doit être au minimum de 133 km et au maximum de 151 km de Valence. Ceci est une indication extrêmement précieuse, car elle va permettre d'éliminer ou de valider certains itinéraires.

 

Le texte de Polybe

Le texte de Tite-Live

Le Bas-Dauphiné est une région complétement encerclée par le Rhône, l'Isère et le Guier. C'est presque une ile puisque seulement une douzaine de kilomètres la rattache au reste du territoire.

 

Carte des vallées et rivières alpines
Agrandir la carte