| Page précédente | . . . . | Retour Accueil | . . . . | Page suivante |

L'hypothèse du Rhône

Si on envisage de rejoindre l'Italie en remontant le cours du Rhône, on se retrouve après 140 km en plein milieu de l'Isle Crémieu, pays plat sans montagnes. Mais avant d'éliminer définitivement cette hypothèse, il faut pendre en compte la possibilité d'un cheminement qui au départ de Vienne quitterait les bords du Rhône pour rejoindre directement Aoste (France) bien qu'il ne soit pas conforme au texte de Polybe puisqu'on ne remonte plus le long du fleuve. Un tel trajet mènerait au pied d'un massif préalpin qui respecte une distance de 135 km. Ce parcours passe ensuite obligatoirement par Chambéry et permet de rejoindre la vallée de l'Isère pour accéder ensuite soit au col du Petit-Saint-Bernard, soit au col de Mont-Cenis et de ses variantes. Ce qui rend peu crédible l'hypothèse de ce parcours c'est qu'il rallonge énormément la route et vient buté au pied d'une traversée de massif qu'on peu éviter par un contour à gauche ou à droite. La route la plus facile et la plus courte pour rallier la vallée de l'Isère au niveau de Chambéry est tout simplement de remonter la vallée de l'Isère en passant par Grenoble et le Graisivaudan. Il y a un autre élément très important qui aurait fait hésiter Hannibal avant de choisir ce trajet, car cet itinéraire l'obligerait à traverser l'Isère au risque de subir à nouveau de lourdes pertes comme il vient d'en subir quelques jours plus tôt lors du passage du Rhône. Une telle traversée de rivière même effectuée dans de bonnes conditions, rajoute deux jours de plus au retard déjà important. Enfin encore un autre élément rend cette route peu crédible. C'est le fait qu'un peuple aussi puissant que les Allobroges n'auraient certainement pas permit le pillage et la destruction du cœur de son territoire sans livrer combat. Il est plus plausible qu'ils aient accepté que l'armée punique reste en dehors de l'Isle, protégés des pillages par le cours de l'Isère. Hannibal aurait donc probablement remontait la rive gauche de l'Isère, territoire frontalier sous contrôle Allobroge, un itinéraire sans risque pour les populations allobroges. Et enfin ce parcours ne correspond pas à la rupture entre pays de plaine / pays alpin décrite par Polybe. Après le franchissement de la petite montagne de l'Epine on se retrouve en plaine et pour un bon moment. Le grand nombre de contradictions ou d'impossibilités ou de difficultés réduisent considérablement la probabilité d'un tel parcours et en font le plus mauvais candidat pour la poursuite vers les cols alpins.

Le parcours rhodanien avec le passage au nord de la Chartreuse est en fait celui proposé par les partisans du col du Petit-Saint-Bernard car c'est la seule et unique façon de trouver une montée située dans la bonne fourchette en conformité avec le texte de Polybe.

La plus grande probabilité à ce point du parcours serait donc qu'Hannibal ait continué sa route sur la rive gauche de l'Isère comme l'indiquent les quatre hypothèses qui vont suivre et comme le pense la grande majorité des spécialistes de la question. Les possibilités de variantes vont se faire désormais au niveau des vallées des environs de Grenoble en choisissant l'une des quatre rivières qui se rassemblent dans cette région.

 

Le texte de Polybe

Le texte de Tite-Live

 

 

l'itinéraire du Rhône
Agrandir la carte